Solarium

Les Canadiens devront prendre leur retraite en main

retraite

Chaque semaine, plus de 5000 Canadiens prennent leur retraite. Ils seront 8000 en 2020, alors qu’un quart de la population canadienne aura atteint l’âge de 65 ans.

Ce poids démographique provoque de profonds bouleversements sur la retraite elle-même, dit la firme Mercer, qui vient de publier ses perspectives 2017 sur les régimes de retraite.

Le gros changement est dans la manière dont les Canadiens économisent désormais: ceux qui bénéficient encore de régimes à prestations déterminées, c’est-à-dire qui savent combien ils recevront chaque mois durant leurs vieux jours, deviendront une espèce en voie de disparition. Ils forment encore le tiers des travailleurs, mais leur nombre diminue au profit de ceux bénéficiant de régimes à cotisations déterminées: l’employé sait combien ils versent chaque mois dans son régime, mais il ignore combien il recevra à la retraite.

Ce nouveau régime, appelé aussi «d’accumulation de capital», est moins risqué pour les employeurs, et il est aussi moins généreux pour les employés, dit F. Hubert Tremblay, conseiller principal chez Mercer Canada. «Ils devront accumuler davantage.»

 Promouvoir l’épargne
«Avant, l’employeur disait: “On s’occupe de votre retraite.” Maintenant, ce sont les employés qui doivent la prendre en main», dit Hubert Tremblay. Mais pour ce faire, les employeurs doivent aussi envisager de nouveaux moyens de promouvoir l’épargne. «Ils doivent mieux éduquer les participants, car le paradigme a changé. Et leur régime de retraite doit faire preuve de plus de flexibilité.» Pour mieux refléter la diversité des employés, l’employeur devrait favoriser les cotisations supplémentaires, dit M. Tremblay, qui suggère de programmer l’augmentation automatique du taux de cotisation au fil du temps, le faisant passer de 2 % à 4 % puis à 6 % par exemple.

Revoir l’interaction
La communication vis-à-vis de la retraite va changer. L’ordre traditionnel des étapes marquantes de la vie (mariage, arrivée des enfants, maison, etc.) est bousculé. «Les employeurs doivent donc revoir la manière dont ils interagissent avec leurs employés, car il y a des moments dans la vie où ceux-ci sont plus enclins à écouter et à agir», dit Jean-Philippe Provost, responsable du domaine Avoirs chez Mercer Canada.

Source : www.journaldemontreal.com

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers

Les Archives

Manoir Kanisha – Chiens

Match Boomers

Expo Manger Santé et Vivre Vert

Marché Bonsecours

Marché Bonsecours

Soirées Dansantes

Manoir Kanisha – Chats

SAIVIAN

Institut DLP

 Dolores-Lamarre

CIRCULAIRES – ANNONCES

Les circulaires de la semaine

Manoir Kanisha – Animaux

Agence Boomers

Agence Boomers Casting

Editions Boomers