Manuvie

La Maison Jean Lapointe étend son programme d’aide à la famille et à l’entourage

Suite au constat des intervenants de la Maison Jean Lapointe sur les effets dévastateurs subis par la famille et l’entourage reliés à l’abus de drogues, d’alcool et de jeu pathologique de l’un des leurs, la directrice générale des programmes de réadaptation de la Maison, Geneviève Lefebvre lance officiellement aujourd’hui le volet grand public de son Programme d’aide à la famille et à l’entourage (PAFE).

Selon madame Lefebvre : « Nous observons combien ces proches sont affectés, souvent même à leur insu et, à quel point, ils ont un urgent besoin d’aide et de soutien. Mais, en général, ils attendent trop longtemps avant d’y recourir. Pendant ce temps, la dépendance d’un être aimé progresse et, c’est malheureusement en état de crise ou suite à une catastrophe, qu’ils en viennent à accepter l’aide disponible » a-t-elle confié. Depuis sa fondation en l982, la Maison Jean Lapointe suit l’évolution des contextes de consommation, s’adapte aux nouvelles réalités et étudie les impacts de l’alcoolisme, de la toxicomanie et du jeu pathologique sur la famille. Ainsi, elle est en mesure de mieux accompagner les personnes dévastées par la consommation excessive d’un être cher et de leur apporter des pistes de solutions adaptées à leur situation particulière.

L’APPROCHE
L’approche de la Maison Jean Lapointe vise d’abord à conscientiser la famille et l’entourage sur les problématiques reliées à l’alcool, aux drogues et au jeu pathologique, à identifier les comportements et les rôles que chacun joue dans ce contexte – et qui entretiennent une dynamique relationnelle inappropriée –, puis à élaborer de nouvelles façons de voir et de penser, permettant de trouver du soulagement. Dans un cadre respectueux et confidentiel, animé par une solide équipe de conseillers, les participants sont à même de découvrir les bienfaits de partager avec des personnes qui vivent des situations semblables et d’entendre des témoignages de gens qui ont mis en pratique dans leur vie les principes acquis au PAFE.

LE DÉROULEMENT
Le Programme d’aide à la famille de la Maison Jean Lapointe est constitué d’une fin de semaine intensive, d’un suivi mensuel aussi longtemps que les gens en ressentent le besoin, d’un support téléphonique et d’une possibilité de rencontre individuelle. Au cours de la fin de semaine proposée par le PAFE, les participants acquièrent une vision plus réaliste du problème. Leur vie prend soudainement un nouvel envol. Ils ne sont plus seuls et sans ressources face à une situation qui les dépasse. Ils ont maintenant un lieu pour en parler, des gens avec qui échanger et des outils concrets pour faire face aux situations qui se présenteront. Ils ne sont plus dans le déni et ont un plan pour retrouver la paix, une joie de vivre. Ils savent maintenant qu’en changeant leurs attitudes et leurs comportements, ils peuvent influencer favorablement leur entourage y compris la personne en difficulté.

LE PAFE, POUR QUI ?
Le PAFE n’est pas uniquement dédié aux proches des personnes en traitement à la  Maison Jean Lapointe, mais à toutes personnes vivant avec le doute ou la certitude qu’un des siens est en difficulté. Que ce soit au sein de la famille, d’une relation amoureuse ou amicale, ou dans le cadre du travail, le PAFE procure l’information et les outils pour rétablir un équilibre au milieu du chaos, de la souffrance et de l’incompréhension causés par la dépendance. Madame Lefebvre conclut ainsi : « Si vous n’arrivez pas à régler une situation malsaine malgré toutes vos tentatives de la contrôler, si vous ne savez plus comment agir, quoi dire et quoi faire, si vous vous sentez sans ressources, impuissant, tourmenté, dans le questionnement ou dans le doute, n’hésitez pas à nous contacter. Notre expérience a démontré qu’il n’y a pas de situation trop difficile pour être améliorée, ni malheur trop grand pour être soulagé. »

La dépendance est un mal familial et le changement d’attitude d’une seule personne peut avoir des impacts positifs sur le reste de la famille, y compris sur la personne qui consomme.

QUELQUES CHIFFRES
« Les données de l’enquête sociale générale de 1993 nous apprennent que 39,6 % des Québécois rapportent avoir été affectés de diverses façons par la consommation d’alcool de leurs proches (E. Single, 1999, dans FQCRPAT, 2004). » Bien que cette étude ne précise pas le type de lien existant entre les membres de l’entourage (ME) et les personnes dépendantes, elle révèle notamment que la problématique de dépendance affecte non seulement les personnes dépendantes mais aussi leurs proches. Au Québec, une étude descriptive auprès de 1633 personnes alcooliques et toxicomanes provenant de trois centres de réadaptation en dépendance (CRD) démontre que les problèmes graves avec les conjoints ou conjointes sont de loin les plus courants (Laflamme-Cusson, Guyon, Landry, 1994, dans Bertrand, Ménard, Tremblay, 2005). Sur les 40 000 personnes s’adressant aux CRD pour une problématique de dépendance, tous âges et problématiques confondus, 9 % sont des ME qui consultent pour les problèmes d’abus de substances ou de jeu pathologique vécus par un proche (FQCRPAT, 2004).

Les problèmes de consommation et de jeu pathologique se répercutent sur l’équilibre des divers systèmes relationnels de la personne dépendante. Ainsi, la famille, le couple, les proches significatifs sont parmi les principaux systèmes à en être affectés. Les ME peuvent éprouver des sentiments d’abandon, de l’anxiété, de la peur, de la colère, de l’inquiétude, de l’embarras ou de la culpabilité, ou encore ils voudront ignorer ou couper les liens avec la personne dépendante (SAMHSA, 2008). Entre cinq et dix personnes, incluant les membres de la famille, les employeurs, les amis ou les collègues de travail se trouveraient directement affectées, à des degrés divers, par les habitudes de jeu de hasard et d’argent d’une personne dépendante (Productivity Commission, 1999, dans Desrosiers et Jacques, 2009). Les conséquences du jeu pathologique sur les proches des joueurs sont multiples, et la détresse peut se manifester par différents symptômes dans plusieurs sphères de vie (Boutin et Ladouceur, 2006, dans Guide sur le jeu pathologique, 2010, p. 20): dimensions physiques, psychologiques, financières, légales, conjugales, familiales, sociales et professionnelles. Les conjointes figurent en première place parmi les personnes touchées par le jeu (Ciarrocchi et Reinert, 1993). Les conséquences négatives (Duvarci et Varan, 2000) subies par les enfants, dont l’impression de perdre le parent joueur, sont loin d’être négligeables. Dans une récente étude américaine portant sur les problèmes vécus par 110 membres de l’entourage de personnes dépendantes à l’alcool ou à toute autre substance, tous ont rapporté avoir des problèmes émotionnels et de relation, 91 % des problèmes financiers, 87 % des problèmes familiaux, 70 % des problèmes de santé et 65 % des problèmes de violence. Les problèmes légaux avec un taux de 17 % étaient les moins fréquents (Benishek, Kirby, Dugosh, 2011).

À PROPOS DE LA MAISON JEAN LAPOINTE – www.maisonjeanlapointe.org
La
Maison Jean Lapointe est un organisme à but non lucratif qui s’est donné comme mission la réadaptation des personnes alcooliques, toxicomanes et joueurs pathologiques. Le Programme d’aide à la famille et à l’entourage permet aux participants de prendre conscience qu’il existe des solutions à la souffrance, l’isolement et la confusion résultant du fait de vivre avec une personne alcoolique ou toxicomane. Dans une atmosphère de compréhension et de respect, nous les encourageons à briser le silence et à exprimer leurs sentiments et leurs préoccupations. Reconnue pour la qualité de ses services, La Maison Jean Lapointe accorde une importance primordiale à la recherche et à l’amélioration continue de ses programmes.

Par  Nicole Desmarais

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

Les Archives

UNIVERSITÉ LAVAL

LES GRANDS EXPLORATEURS

NOVALUNA

EXPO MANGER SANTÉ

RFAQ

SONDAGES

MARCHÉ BONSECOURS

Marché Bonsecours

MANOIR KANISHA

CIRCULAIRES – ANNONCES

Les circulaires de la semaine

AGENCE BOOMERS

Agence Boomers Casting

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers

Editions Boomers