Manuvie

Les envies de Mimi: L’Abbaye Val Notre-Dame, pour connecter avec le divin!

L’Abbaye Val Notre-Dame, pour connecter avec le divin!

Jour 1

Partie de Montréal en milieu d’après-midi, un vendredi typique, bouchons et circulation très dense sur la 40, j’ai suivi les consignes de mon amie Julie, mon GPS, indispensable à ma survie. Je m’en vais à la rencontre du divin comme ils le disent si bien dans la publicité à la télé. L’Abbaye Val Notre-Dame est relocalisée depuis 2009 à St-Jean-de-Matha dans la belle région de Lanaudière. Après plus de 100 ans passés à Oka, les moines cisterciens qui étaient plus de 180 à une certaine époque ne sont plus qu’une vingtaine aujourd’hui. La décision de déménager dans un endroit plus petit s’imposait donc dans ce contexte.

Située en pleine forêt, l’abbaye offre de toutes parts des paysages à couper le souffle. À mon arrivée, j’ai été accueillie par le frère Girard, un homme au regard chaleureux mais au ton solennel. Prise de contact, consignes d’usages, je suis presque aussitôt confiée à autre frère, le frère Jean-Marc qui me fait faire le tour du propriétaire. On me remet les clés de ma chambre et de la porte d’entrée. Je pourrai donc aller et venir à ma guise.

Ma chambre est spacieuse et j’ai ma propre salle de bain privée. Je suis privilégiée car il n’y a apparemment qu’une seule chambre avec salle de bain ici. L’abbaye dispose de 13 chambres au total avec balcon individuel. Il faut donc réserver longtemps à l’avance si on veut y séjourner à un moment précis dans l’année.

Mais pourquoi aller à l’Abbaye Val Notre-Dame?

Chacun y trouvera une réponse sans doute différente. En ce qui me concerne, j’avais envie de prendre un temps d’arrêt dans ma vie, un moment de ressourcement, de recherche intérieure. Est-ce parce que je vais avoir bientôt 60 ans? Une étape importante à franchir et qui donne envie de faire un bilan avant de repartir?

Après avoir complété la visite des lieux avec le frère Jean-Marc, j’ai pris possession de ma chambre et rejoint le petit groupe d’une quinzaine de personnes (en majorité des femmes) au réfectoire pour manger dans le silence souligné par une discrète musique classique. Chacun dans sa bulle, nous nous observons sans dire un mot évidemment. Une jeune fille est absorbée dans sa lecture, les autres se jettent des petits regards de côté. Je me demande ce qu’ils viennent chercher ici…

Un repas froid nous est servi. C’est simple et bon. La palme revient au dessert, une bagatelle à l’érable, dé-li-ci-eu-se! Moi qui n’a pas la dent sucrée, j’ai succombé à la tentation et j’en ai pris deux fois, je m’en confesse.

Je remonte ensuite à ma chambre où j’écris ces lignes devant une fenêtre qui donne sur la forêt. Dommage qu’il pleuve des cordes, je serais bien allée marcher dans les sentiers autour de l’abbaye. Sur ce, je me couche car ici plus de connexion Internet après 19h00 et surtout pas de télé. Mais j’ai tout prévu. Un livre me tiendra compagnie jusqu’au moment du départ, En as-tu vraiment besoin de Pierre-Yves McSween. Vraiment très concept n’est-ce pas?

Jour 2

J’ai dormi, dormi comme un bébé dans un silence presque parfait. La matinée est aussi grise que la veille mais j’irai peut-être quand même marcher tout à l’heure dans les sentiers détrempés. Il y a même encore de la neige dans les sous-bois.

Ici, aucun horaire, aucun programme, aucune contrainte sauf pour les repas prévus à heures fixes. Il y a par contre un horaire pour les prières tout au long de la journée. On est libre d’y assister ou non. On peut aussi demander une rencontre spirituelle avec un moine-prêtre afin d’échanger avec lui sans crainte d’être jugé mais certainement écouté.

Après-midi tranquille, retirée dans ma cellule à écrire et réfléchir. Ce soir je vais assister à une projection racontant la vie monastique de ces moines cisterciens. Présentée par le frère Jean-Marc, cette vidéo raconte le parcours des moines et leur passage d’Oka à Val Notre-Dame. Malgré ses 84 ans bien sonnés, le frère Jean-Marc est doté d’une belle vivacité d’esprit et il a un sens de l’humour irrésistible. Lui qui a été aux fourneaux pendant 55 ans à Oka, nous confie qu’il aurait aimé étant jeune avoir un restaurant. Il nous parle des visiteurs qu’il accueille chaque jour, qu’il console parfois. C’est un des piliers de la communauté. Merci frère Jean-Marc d’être à l’écoute de vos fidèles avec une si grande générosité.

Tous ceux qui viennent séjourner ici cherchent des réponses. Chacun y trouvera les siennes. Mais une chose est sûre, nous repartirons tous avec une petite flamme bien réelle, ranimée au fond de notre âme. Se retirer du monde pendant quelques jours, sortir d’un quotidien parfois essoufflant, parfois étourdissant. Se reconnecter à l’essentiel est un rappel que notre passage sur terre est éphémère et qu’il n’en tient qu’à nous d’en faire quelque chose d’utile et de vrai.

J’entends les cloches sonner pour les vêpres, une coccinelle se balade sur ma table de travail et par la fenêtre les nuages si dissipent tranquillement.

Il fera beau demain!

Jour 3

Jour du départ. Retour à la maison, à l’effervescence, au quotidien qui vient avec son lot de responsabilités et de tâches à accomplir. Je reviendrai certainement à l’Abbaye Val Notre-Dame pour faire le plein, nourrir mon âme et mon esprit avide de comprendre le sens de la vie.

Pour réserver votre séjour à l’Abbaye Val Notre-Dame, c’est par ici :
www.abbayevalnotredame.ca

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

Les Archives

UNIVERSITÉ LAVAL

LES GRANDS EXPLORATEURS

NOVALUNA

EXPO MANGER SANTÉ

RFAQ

SONDAGES

MARCHÉ BONSECOURS

Marché Bonsecours

MANOIR KANISHA

CIRCULAIRES – ANNONCES

Les circulaires de la semaine

AGENCE BOOMERS

Agence Boomers Casting

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers

Editions Boomers