Boutique cité boomers

Les sexagénaires plus heureux au travail que les quinquagénaires

Le Conseil d’orientation des retraites s’est penché sur la satisfaction liée au travail à partir de 50 ans. Hommes ou femmes affichent le même ressenti. Une barrière se dessine en revanche entre les actifs de moins de 60 ans ou ceux qui ont passé cet âge, au profit des seconds.

Que vous soyez homme ou femme, plus ou moins senior, dans le public ou le privé, que vous gagniez beaucoup ou peu, quelle est votre satisfaction au travail ? C’est sur cette question que s’est penché le Conseil d’orientation des retraites (COR), à partir des enquêtes de l’Insee sur les ressources et conditions de vie des Français.

Le document de travail du COR, qui reprend les données le plus récentes (de 2010 à 2017) et auquel « Les Echos » ont eu accès, sera présenté en séance mercredi. Le niveau de satisfaction, un élément important dans la décision de retarder ou non son âge de départ de la vie active, est mesuré sur une échelle de 0 (pas du tout satisfait) à 10 (entièrement satisfait).

La prudence s’impose : les données « peuvent notamment refléter l’effet de sélection des personnes encore en activité dans la classe d’âge la plus proche de la retraite, qui concentre ceux qui occupent des postes pouvant davantage convenir à leur état de santé ou à leur souhait de poursuite d’activité que ceux occupés à un âge plus jeune », peut-on lire.

Ces précautions faites, il en ressort que l’analyse des ressentis n’est pas différente selon le genre et n’a que peu évolué sur la période concernée. En revanche, il se dessine une barrière des 60 ans avec une différence de ressenti « significative » par rapport aux quinquagénaires, en faveur de leurs aînés. « Cet écart trouve vraisemblablement une explication dans une sortie du marché du travail plus précoce des personnes les moins satisfaites au travail », estime le rapport.

Une « opposition » se dessine également entre secteur public et privé en faveur du public entre 50 et 59 ans. Au-delà, le résultat n’est plus vérifié, voire s’inverse, « sans qu’il soit possible d’y percevoir la portée respective d’une éventuelle plus grande inadaptation des postes au vieillissement ou d’insatisfactions plus importantes face à l’attente des départs à la retraite ». Qui plus est, cette distinction est relativement récente (à partir de 2013), même si, souligne le rapport, la faiblesse des effectifs interrogés dans le secteur public certaines années, relativise ces conclusions.

Autre surprise de l’étude : la satisfaction liée au travail n’est pas linéairement plus importante plus le salaire s’élève. Concrètement, entre 50 et 59 ans, les actifs du deuxième quartile de revenus sont moins satisfaits que ceux des autres quartiles. Pour les personnes encore actives après 59 ans, le point bas se situe pour le troisième quartile. Reste que toutes classes d’âge confondues, les personnes les mieux payées se disent plus satisfaites que les autres, même si l’écart de satisfaction a baissé depuis 2010.

Dernière conclusion : la satisfaction au travail est d’autant plus élevée que la santé de l’actif est bonne même si, rappelle l’étude, celle-ci ne peut pas être la conséquence du seul travail. A état de santé comparable, les sexagénaires déclarent un meilleur ressenti, « ce qui peut traduire une meilleure adaptation des postes de travail à leur état de santé, même aux âges plus jeunes ».
Par Alain Ruello
Source : www.lesechos.fr/economie-france/social

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

Les Archives

MARCHÉ BONSECOURS

Marché Bonsecours

CONCOURS

RADIO WEB

SONDAGES

TOURISME CÖTE-NORD

RFAQ

MANOIR KANISHA

MANOIR KANISHA

CIRCULAIRES – ANNONCES

Les circulaires de la semaine

AGENCE BOOMERS

Agence Boomers Casting

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers