Spa Dentaire Laurier

Transition de vie : Comment accompagner une personne dans le changement?

retraite

« La résistance au changement n’est que le refus de la croissance ». (Alexander Ruperti)

Certaines personnes ont une excellente capacité d’adaptation et, seules, elles réalisent assez facilement et rapidement les changements qu’elles ont choisi (ou non) d’opérer dans leur vie et se tirent assez bien de leurs difficultés. Lorsqu’elles consultent un spécialiste de l’accompagnement, coach, psychologue, ou, tout simplement, une personne en qui elles ont extrêmement confiance, c’est pour accélérer le processus et trouver un écho à leur réflexion. En revanche, d’autres personnes se sentent plus dépourvues et ont besoin de quelqu’un pour les aider à affronter la transition de vie dans laquelle elles se trouvent.

Voici quelques conseils, autant pour vous qui accompagnez une personne en transition, que pour vous qui êtes « en plein dedans ». Ici, le mot « coach » est pris dans un sens plus large que la profession.

SE SENTIR EN SÉCURITÉ
Si la personne qui en accompagne une autre doit l’inciter à sortir de sa zone de confort et à se mettre rapidement et efficacement en action, elle doit surtout lui offrir un «havre de paix», une «bulle de sérénité» dans laquelle elle se sent protégée lorsque l’orage gronde trop au-dehors. Déstabilisée, inquiète, parfois dépassée par les événements, elle a davantage besoin d’être écoutée, comprise, acceptée et même aimée que d’être dirigée, conseillée et parfois jugée ou critiquée. C’est pour cette raison que je recommande de ne pas solliciter l’avis de certaines personnes de l’entourage au moment de prendre des décisions importantes. Des éteignoirs qui pourraient avoir intérêt à ce qu’elle reste dans son ancienne vie et ses anciennes habitudes pourraient l’amener à douter d’elle-même et du bien-fondé de son projet.

Dans cette bulle de sérénité, en compagnie de son « coach », la personne en transition fera mûrir son projet de changement et en évaluera tous les risques et les avantages. Elle cernera mieux l’écart entre la situation actuelle et ce qu’elle veut ou doit changer. Elle osera prendre des risques et fera courageusement face aux défis qui l’attendent. Elle confrontera aussi ses résistances.

C’est seulement lorsque la confiance est établie et la confidentialité des échanges assurée que la personne peut commencer à bouger, autant de l’intérieur que de l’extérieur.

LA PREMIÈRE PHASE : la « fin »
Au cours de cette première phase du changement, il est bon de demander à la personne que l’on accompagne de préciser par écrit son intention de changer, à « ventiler » les émotions qui l’envahissent, à bien évaluer la situation, à se fixer des objectifs précis et à établir un plan d’action. On peut lui demander de commencer à dresser un bilan de vie. Quelle est son identité profonde, sa vraie nature, cachée derrière ce que les autres connaissent d’elle? Quelles sont les forces insoupçonnées sur lesquelles elle peut s’appuyer dans le changement, notamment ses valeurs, ses talents, ses compétences et ses passions? Mais aussi, quelles sont les résistances qui risquent de la bloquer dans l’action : croyances qui la limitent, réticences, a priori, justifications, peurs, etc. (« Je n’y arriverai pas, c’est trop beau pour moi, je suis trop âgée, ils n’apprécient pas mon travail et mes efforts à leur juste valeur, il va me rejeter… »).

Une identité claire permet de faire des choix éclairés et d’éviter de se cramponner à des rêves inatteignables, en plus de réduire le nombre d’erreurs de parcours et d’inciter la personne à aller au-delà de ce qu’elle croit pouvoir faire et accomplir. Une identité claire rend plus fort, plus sûr de soi, plus libre et plus authentique.

LA DEUXIÈME PHASE : la transition, l’adaptation
Le changement doit s’appuyer sur un socle solide. Le travail s’effectue donc surtout sur les freins à l’action (mentionnés plus haut), sur la réduction des tensions, anxiété, angoisse, stress, remises en question, doutes, etc., ainsi que sur la consolidation des aspects matériels et affectifs afin que la retraitepersonne en transition se sente en sécurité. Puisque cette phase est exigeante et consomme beaucoup d’énergie, il est bon de l’inciter à se maintenir en forme physique et à adopter de saines habitudes de vie (nourriture, alcool, médicaments, sommeil…) si nécessaire.

Il importe aussi de la dissuader de précipiter les choses sur un coup de tête parce qu’elle n’en peut plus d’attendre, d’être seule dans le changement et de ne pas savoir comment sa vie sera à destination. Faire marche arrière, démissionner, prendre une retraite anticipée, déménager dans un endroit qui ne lui convient pas, quitter l’autre et parfois aussi penser mettre fin à sa vie font partie de ces idées qui hantent parfois les personnes en transition.

LA TROISIÈME PHASE : l’arrivée à destination
C’est le moment de faire un bilan, de vérifier notamment si le changement s’est opéré de façon satisfaisante, si l’écart entre la situation de départ et la situation envisagée s’est comblé et s’il est nécessaire d’aller chercher des ressources supplémentaires pour mener totalement à bien le changement. Une fois cette étape franchie, l’accompagnement peut se terminer. Toutefois, avant d’y mettre fin (en fait, idéalement, c’est la personne en transition qui prend la décision), il faut s’assurer qu’elle a atteint son objectif (achevé le changement) et qu’elle est solidement installée ans sa nouvelle vie.

Quelques semaines plus tard, il est bon de vérifier si tout continue à se passer comme prévu et si le changement (l’objectif) est bien intégré dans la vie de la personne en transition. Il me semble important de ne pas mettre fin à un accompagnement si ce but ultime n’est pas atteint. Sinon, la personne risque de l’associer, ainsi que tous se efforts à un échec.

Cette chronique fait suite à Prendre sa retraite, s’adapter en trois temps :
www.citeboomers.com/transition-de-vie-prendre-sa-retraite-sadapter-en-trois-temps/

Sruveillez la prochaine chronique : La retraite et le couple en transition
Par Marie-Paule Dessaint
www.marie-paule-dessaint.com
www.facebook.com/ecriretsequestionner

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

Les Archives

RADIO WEB

CONCOURS

UNIVERSITÉ LAVAL

HERBASANTÉ

MARCHÉ BONSECOURS

Marché Bonsecours

SONDAGES

MANOIR KANISHA

MANOIR KANISHA

RFAQ

TOURISME CÖTE-NORD

AMNISTIE INTERNATIONALE

CIRCULAIRES – ANNONCES

Les circulaires de la semaine

AGENCE BOOMERS

Agence Boomers Casting

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers