Solarium

Une retraite à aider les plus pauvres : un couple des Basses-Laurentides contribue au développement d’un village en Afrique

retraite

Certains voient la retraite comme un moment pour se gâter. D’autres pour tenter d’améliorer le monde. C’est le cas de Ginette et Ghislain Caron qui aident à développer des projets au Burkina Faso.

Depuis 2012, le couple, qui vit dans les Basses-Laurentides lorsqu’il n’est pas en Afrique, a contribué à transformer la vie de dizaines de personnes dans la commune de Ipelcé au Burkina Faso qui arrive au 183e rang sur 188 au chapitre du développement humain. Chaque semaine, ils font bénévolement une vingtaine d’heures et multiplient les démarches pour réussir à financer­­ des projets pour leurs amis burkinabés par l’entremise de l’organisme Corcovado de Rouyn-Noranda. Le résultat sur le terrain est impressionnant. Les deux retraités, qui tiennent à garder leur âge secret, ont aidé à y améliorer le système d’éducation, de santé et d’agriculture en seulement quelques années. «Ce n’est pas nous qui faisons les projets, ce sont les gens sur place. On ne va pas là pour jouer au père Noël, mais pour créer des liens de confiance et s’assurer que lorsqu’un projet est réalisé, il puisse se poursuivre même si on n’est plus là», explique M. Caron.

École
Le retraité de l’enseignement et la retraitée en ergothérapie se rendent en Afrique une fois ou deux par année pour coordonner les projets et regarder les priorités avec les autorités locales. Ils ont déjà investi plusieurs milliers de dollars de leurs propres économies. Pour ce faire, ils disent vivre dans la simplicité et n’acheter presque rien. Le couple, qui préfère rester flou sur son implication financière, se contente de dire qu’il préfère investir sa pension pour aider les autres que pour acheter des objets. Avec les années, ils se sont liés d’amitié avec plusieurs Burkinabés. «Ils sont extraordinaires, sympathiques et vaillants», dit M. Caron. Une des priorités du couple a été de monter un programme de francisation.

À peu près personne à Ipelcé ne parlait français, sauf les enseignants et les employés du dispensaire. «Les enfants ne réussissaient pas à l’école parce que ni eux ni leurs parents ne parlaient français. Ils commencent à apprendre seulement la langue officielle en arrivant à l’école. Il s’agit de la première génération à avoir accès à l’éducation à cet endroit», mentionne M. Caron.

Gaspillage
Ce manque d’éducation rend difficiles les changements de culture qui permettraient un meilleur respect du droit des femmes. Le couple est donc particulièrement fier d’un programme de parrainage pour aider les filles à réussir à l’école. Pour des raisons culturelles et financières, 94 % des filles ne terminaient pas leurs études secondaires, une situation qui est en train de changer. Cette année, 60 filles pourront aller à l’école grâce à cette initiative. Chaque fois que le couple revient au Québec, il n’en revient pas de voir tout le gaspillage et les dépenses inutiles des Québécois alors que d’autres personnes ont besoin de l’essentiel. «Ici, l’accessoire est devenu essentiel. Les jeunes d’ici veulent tout avoir rapidement sans effort. Là-bas, ils font beaucoup d’effort pour avoir très peu. Mais ils sont très persévérants», a mentionné M. Caron. À Ipelcé, l’école de 1300 élèves n’a pas d’eau et les accouchements se font encore sans eau courante ni électricité.

Dans les prochaines années, les projets les plus importants, mais aussi les plus dispendieux, toucheront l’accès à l’eau. Ginette et Ghislain Caron sont actuellement au Burkina Faso pour poursuivre leur œuvre. Corcovado a pu avoir une aide financière pour qu’un cinéaste les accompagne afin de faire connaître le projet.

Burkina Faso

  • 183e sur 188 pays pour l’Indice du développement humain
  • 19 millions d’habitants
  • Capitale: Ouagadougou

Ipelcé

  • 16 000 habitants
  • 13 villages
  • Pas d’électricité
  • Pas d’eau courante

Source : www.journaldemontreal.com

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers

Les Archives

Manoir Kanisha – Chiens

Match Boomers

Expo Manger Santé et Vivre Vert

Marché Bonsecours

Marché Bonsecours

Soirées Dansantes

Manoir Kanisha – Chats

SAIVIAN

Institut DLP

 Dolores-Lamarre

CIRCULAIRES – ANNONCES

Les circulaires de la semaine

Manoir Kanisha – Animaux

Agence Boomers

Agence Boomers Casting

Editions Boomers