fbpx

Éthique en question

En 2022, que de fausses nouvelles ou d’opinions non fondées nous voyons passer sur les médias sociaux, et ailleurs. Bien des gens n’écoutent personne et ne font que ce qu’ils pensent, nous l’avons vu avec un président orange chez nos voisins. Et que dire du malade en Russie. Voici l’Éthique qu’il nous faut.

Comme dit l’auteur prof dans ce livre . Mais que savent-ils vraiment, ces justiciers? Qu’ils fassent partie de ces radicaux de la gauche postmoderne qu’on étiquette désormais de woke; qu’ils soient des conservateurs libertariens, des intégristes religieux ou des néofascistes; qu’ils se joignent au cortège des capitalistes assoiffés de développement économique ou à celui des écologistes collapsologues; qu’ils comptent parmi les ultra-centristes libéraux bien décidés à ne jamais déplaire au moindre électeur; qu’ils soient de ces «experts» convaincus que leur science empirique se traduit par des orientations politiques, les justiciers s’adressent à nous comme si aucun mystère ne planait sur la nature du bien et sur celle de nos obligations morales.

Et si nous ne sommes pas d’accord? Si nous leur résistons? Si nous leur posons des questions? Certains voudront discuter, mais les plus radicaux voudront, par la violence des paroles ou des gestes, par l’humiliation, l’intimidation, la censure, le harcèlement et les appels au bannissement, nous faire rentrer dans le rang – leur rang. Mais depuis quand la conviction et la force sont-elles gages de vérité? Nous avons besoin d’une éthique qui va au-delà des intuitions, des intérêts particuliers et de la politique identitaire. Il nous faut une éthique ouverte, mais rigoureuse et soucieuse de la logique et des faits, qui s’interroge tant sur la nature réelle du bien que sur la valeur objective et intrinsèque des choix qui s’offrent à nous. Cette éthique doit nous permettre de faire le tri dans le chaos des opinions publiques. Elle doit nous permettre de résoudre les problèmes engendrés par le pluralisme libéral.

Idéalement nous devons viser l’éthique de la vertu comme disait les anciens jusqu’en Sumérie. C’est à dire mettre au service des autres les talents que chacun a dans sa nature et partager le bien, la nourriture , la richesse et le vin. Et avec les années de pandémie la bienveillance envers les autres. Et si l’auteur de cet essai a vu juste, c’est en Grèce antique que nous trouverons cette éthique. Le livre a été lu dehors comme dans le temps des cours en Grèce antique. 

Micael Bérubé,  288 pages aux éditions Fides .

Il arrive chez les libraires : https://www.leslibraires.ca/livres/ethique-qu-il-nous-faut-l-micael-berube-9782762145434.html

 

 

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

PARC SAFARI

SYNER G SUPPLEMENTS

SITE DE RECONTRES

NYLOZAN

JEU PYRABBLE

GESTION DE POIDS

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

COACHING

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers

Media of the day