fbpx

La Beauté et la Raison

11 femmes nous parlent de beauté, et une nous parle de la raison et des besoins particuliers de certains jeunes qui sont des exclus et qui tournent mal parfois, victimes des autres .

Le 1er : 11 brefs essais sur la Beauté. Un collectif. 

La tyrannie de la beauté. Nous sommes obsédé.es par la beauté.  Enfin,  certains et certaines. Comment la définir, la circonscrire? En Occident, elle rime avec juvénilité. Les femmes avançant en âge sont confrontées à « l’obligation de jeunesse », sous peine de disparition sociale. Mais les choses ne sont pas nécessairement tendres pour les femmes jeunes. Pression à la minceur et grossophobie, régimes amaigrissants et troubles alimentaires : les conséquences sur la santé physique et psychologique se font sentir. La quête de la beauté selon des standards préétablis est une entreprise en apparence superficielle, mais en réalité génératrice d’immenses souffrances. Et c’est aussi une approche raciste. Car, si on lit bien entre les lignes, la femme belle est blanche, jeune et mince. Telle est la toxique vision occidentale de la beauté. Nous sommes plus ou moins d’accords.

Ouvrage choral tissé d’écritures vibrantes et touchantes offrant des changements de tonalités surprenants, ce collectif est la matérialisation de plusieurs désirs: nommer la beauté, mieux la comprendre, confronter les idées reçues, collectivement faire la paix avec certains démons… Pour y arriver, il aura fallu réunir des plumes de différents horizons, certaines ayant toute une œuvre à leur actif, d’autres étant de nouvelles pousses.

Des textes des auteur.e.s suivant.e.s : Marie-Hélène Bellavance, Françoise David, Lynda Dion, Estelle Grignon, Marilyse Hamelin, Perrine Leblanc, Eftihia Mihelakis, Heather O’Neill, Alex Rose, Perrye-Delphine Séraphin et Christine Sioui Wawanoloath.. Marilyse dirigeait le collectif de 187 pages avec la présentation des autrices. Aux éditions Somme Toute.

Lancement ce soir à la librairie Port de Tête si cela vous le dit.http://www.dimedia.com/f000221536–fiche_web.html

Le 2e est : Il y a toujours une raison à tout. 

Cela nous fait penser a un cri du coeur d’une mère.Félix est un bon gars. Il a été enfermé pour meurtre, il a passé la majeure partie de sa scolarité à sécher les cours pour aller fumer des joints avec sa gang, mais c’est un bon gars. Au fond, ça ne lui procure aucun plaisir de taper sur les gens. Il aimerait tellement ça qu’il y ait des gens qui s’arrêtent un moment pour lui parler.Il y a toujours une raison à tout pose un regard sans compromis sur un système d’éducation qui ne sait pas comment « gérer » ses éléments les plus dysfonctionnels. Dans ce roman où l’humour côtoie toujours le malaise, des jeunes diagnostiqués avec des troubles de comportement comme l’anorexie, le TDAH, ou porteurs de traumatismes liés à leurs familles d’accueil, se demandent tout simplement comment vivre, et finissent par sombrer peu à peu vers la criminalité.

L’autrice n’est pas la mère d’un ado, elle a 20 ans. Sandrine Sévigny nous offre ici un récit aux accents tragiques, qui aborde avec subtilité des enjeux de société majeurs. Aux éditions Hashtag .  https://editionshashtag.com/auteurs/sandrine-sevigny/

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

LES GRANDS EXPLORATEURS

SYNER G SUPPLEMENTS

NYLOZAN

DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ

SITE DE RECONTRES

JEU PYRABBLE

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers