fbpx

Le monopole franchira le cap du siècle en février

 Tout un jubilé en 2021, celui de la SAQ et de son ancêtre la commission des liqueurs. Historiquement c’était une première dans le monde, un gouvernement qui décide de vendre de l’alcool dans ses propres magasins. Et nous avions eu la  prohibition avant.

Le prof d’histoire retraité que je suis à toute une série de livres sur le sujet, et nos patriarches les deux membres de notre équipe qui ont plus de 80 printemps nous en ont re-parlés. Tout jeune, j’y avais accompagnée mon grand- père, directeur d’une banque qui y passait acheter quelques produits pour les fêtes, je devais l’attendre dehors . Au cours des années après la seconde guerre , c’était tout un cérémonial, plus compliqué qu’avec la Covid. Il fallait passer au comptoir grillagé, demander au vendeur habillé avec un sarrau , comme dans le temps que les alcools se vendaient en pharmacie, les produits. (photo) . La liste de produits n’était pas longue. Seulement un alcool à la fois, et selon un de nos patriarches 3 bouteilles de vins. Le tout était emballé dans du papier brun bouteille par bouteille et remis au besoin dans un sac. Le sac n’avait rien d’écrit, rien ne disait que c’était de l’alcool, semble t-il que c’était le même procédé que les préservatifs en pharmacie… Tout était emballé et il fallait demander . Les prix des vins étaient de 50 sous à 1,50$ et le gin de Kyper autour du 2,50$ de mémoire de notre patriarche.

Source de la photo: BAnQ Vieux-Montréal, Fonds Conrad Poirier, P48, S1, P12252.

Une police sera créé pour la société, cela deviendra la SQ. La décennie 60 viendra changer tout cela. Tout est relatif, en 1946, le salaire des québécois était moins de 40$ par semaine en moyenne. Les vins n’étaient pas pour tout le monde, beaucoup de gens prenaient des cerises et des pissenlits pour faire leur propre vin. Nous avions une amie de la famille qui avait un vin de pissenlit assez intéressant, pour les vins de cerise avec les cerises des champs c’est une autre histoire, et la bagosse , l’alcool des habitants, donnait bien des maux de tête.

Il faut dire que la SAQ  dans le premier siècle, et surtout en 2021 est une des vaches à lait de notre gouvernement, il y a plusieurs sources de financement, les taxes, les impôts, l’Hydro, les casinos et la SAQ. Un ancien patron de la SAQ me disait que la SAQ verse de l’argent comme un loyer au gouvernement, parfois le loyer dépasse les profits, le gouvernement leur en demande beaucoup. Ils disent que c’est pour la santé et l’éducation et que c’est un bien essentiel.   

Comme dit le président de l’Association des agences de vins et de spiritueux, le défi de 2020-2021 est d’offrir des vins et des alcools aux québécois avec un bon rapport qualité-prix, disons que depuis 2-3 ans cela s’améliore nos prix de certains vins sont parfois meilleurs ici qu’au monopole voisin la LCBO, vous pouvez vérifier sur leur site au besoin .

Disons aussi que selon notre patriarche de 86 printemps, la file d’attente des années 50 était plus longue que pendant la Covid, il y avait parfois des policiers dehors pour limiter le nombre de personnes en magasin. Voici un site qui peut vous en dire plus , une exposition avait eu lieu sur le sujet : https://ville.montreal.qc.ca/memoiresdesmontrealais/la-commission-des-liqueurs-1921-1961

La SAQ soulignera ses 100 ans 

Nous avions débutés cette chronique en novembre, la SAQ vient me publier sur son site, fin décembre, le message du 100e de leur présidente, notre collègue Laurent Turcot fait une balado sur le sujet en plusieurs tomes. C’est intéressant, pour le moment, ce sont les années 20 à 50. Il y aura un livre sur le 100e et des rencontres avec des pionniers du vin et autres d’ici. Faut voir tout cela sur leur site.

Le site Alfred , des vins un peu chers 

Notre monopole évolue, une compagnie a réussi à avoir le ok du monopole pour la revente de grands vins, avec garantie. Si vous voulez vendre un vin, disons un 1990, vous pouvez les contacter. Attention selon un de nos collaborateurs, ils prennent 30% de commission, sans doute qu’ils doivent en redonner beaucoup au monopole. Disons que les prix ne sont pas pour le commun des mortels, mais c’est la seule option légale.

Fin du service de réponses en 2021 

Notre équipe écrit depuis le début de la décennie 80, des dizaines de milliers de pages. Nous avons fait tous les médias, télés, radios, guides, albums, journaux, magazines, et maintenant le web. Vu que nous sommes parmi les références québécoises en gastronomie, tourisme et vins, nous recevons des centaines de courriels de questions. Avec la pandémie, nos lectorats ont explosés, nous ne pouvons plus suffire faute de ressources humaines.

Sauf pour les voyages exclusifs , nous ne pouvons plus répondre aux questions, merci de votre compréhension.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

LES GRANDS EXPLORATEURS

SYNER G SUPPLEMENTS

NYLOZAN

DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ

SITE DE RECONTRES

JEU PYRABBLE

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers