fbpx

Le site historique Marguerite Bourgeoys célèbre en 2023

Un joyau historique et patrimonial : Depuis plus de 350 ans, la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, joyau historique et patrimonial, occupe une place particulière dans la mémoire et dans le cœur de plusieurs générations de visiteurs et de pèlerins. En effet, dès que vous franchirez le seuil de la chapelle, vous serez envahi par la sensation de paix et de bien-être qu’on y retrouve tout en ressentant un contact privilégié avec le Montréal d’autrefois.

Cette chapelle de 1771 est construite sur le lieu même de la première chapelle de pèlerinage dont les vestiges ont été découverts récemment.  La chapelle est devenue un témoin silencieux de la foi des Montréalais à reconstruire une chapelle alors que cela semblait impossible…Au fil des décennies, nous y sommes  souvent passés méditer dans ce lieu historique. Après tout, j’ai enseigné l’Histoire pendant des décennies. On y trouve  Paul de Chomedey de Maisonneuve, fondateur de Montréal qui a concédé le terrain de la chapelle. Et  Marguerite Bourgeoys, première enseignante et fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame qui, dès 1655, a rallié les premiers colons à son projet de construction d’une chapelle de pèlerinage en dehors de l’enceinte de la ville. Les deux en statues évidemment. Leur  rêve s’est finalement concrétisé en 1675 par l’érection d’une première chapelle de pierre. Après un deuxième voyage en France en 1672, Marguerite rapporte dans ses bagages une petite statuette de bois de Notre-Dame-de-Bon-Secours qui a  une histoire fascinante. L’incendie de 1754 qui a complètement ravagé la première chapelle,  curieusement, n’a pas touché la statue et son reliquaire qui en sont ressortis indemnes.

Berceau de la communauté catholique anglophone : Six ans après la chute de Montréal aux mains des Anglais, Notre-Dame-de-Bon-Secours accueille de nouveaux fidèles parmi les familles Irlandaises et Écossaises des troupes britanniques. C’est à partir de cette communauté que des fonds sont amassés afin de construire l’église Saint-Patrick, la première paroisse anglophone de Montréal. La chapelle des marins :Au fur et à mesure que le port prend de l’expansion au XIXe siècle, la chapelle devient un lieu de prière prisé par les marins. Les navires miniatures suspendus à la voûte de la chapelle rappellent leur foi envers Notre-Dame-de-Bon-Secours .

Le noble but de l’endroit est le suivant : Conserver, valoriser et transmettre à tous la mémoire  de Marguerite Bourgeoys, son œuvre et son héritage inestimables, en communiquant l’histoire de cette figure clé des origines de Montréal, — première éducatrice, pionnière, entrepreneure, fondatrice et grande défenseure de Montréal — une femme de caractère dont les valeurs sont toujours d’actualité aujourd’hui. »Par temps clair, il faut monter dans le belvédère, un magasin avec des souvenirs et des livres historiques complète la visite. Claude et moi nous avons fait la montée dans le petit escalier, c’est bon pour le cardio. Il faut prendre au moins 1h30, pour tout voir, et prendre le temps de remercier le créateur à la chapelle  pour voir les magnifiques peintures du plafond qu’on a remis à jour. Ensuite visite historique et archéologique, sur les traces de la première chapelle, et des campements avant l’arrivée des blancs ainsi que la collection d’artéfacts dont des bouteilles des siècles passés. Par beau temps, le belvédère, sur deux niveaux, environ 80 marches au total, vous donne accès à une autre chapelle, en hauteur.

Tout au long de l’année 2023, nous soulignerons le 250e  de la première chapelle de pierre de Montréal : la Chapelle Notre-Dame-de-Bon Secours. Le programme d’activités spéciales inclut un oratorio inédit portant sur la vie de sa
fondatrice : Marguerite Bourgeoys, le 20 mai 2023; des conférences et animations  spéciales; une participation au 3e Festival d’histoire de Montréal; ainsi que des  annonces portant sur l’avenir de l’institution*.  Joyau historique et patrimonial, la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours possède  une longue histoire qui remonte à l’époque de la colonie. En effet, c’est à l’initiative de  Marguerite Bourgeoys que ce projet de construction voit le jour.  Décédée en 1700, Marguerite n’a pas connu la chapelle actuelle érigée de 1771 à 1773  au-dessus des fondations de la première chapelle détruite par un incendie en 1754.  Aujourd’hui un incontournable du patrimoine religieux montréalais, riche d’histoire et
de nombreuses œuvres d’art, l’emblématique Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours  accueille près de 300 000 personnes annuellement.  Montréal a fourni à Marguerite Bourgeoys le milieu propice pour concrétiser un de ses
rêves les plus chers : une chapelle dédiée à Notre-Dame.

Avec la belle saison, les visites du site et du Vieux Montréal seront sans doute de retour, et pour épater les groupes et amis, on peut voir avec faste les feux d’artifice les soirs de feu de la terrasse de la chapelle en hauteur. Des spectacles sont aussi au programme. Passez voir leur site .  Si vous avez des questions ou commentaires écrivez- à info@marguerite-bourgeoys.com

 

 

4 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

NYLOZAN

EVOLUCIOLE

LES GRANDS EXPLORATEURS

SYNER G SUPPLEMENTS

VÉRO YOGA

EXPO MANGER SANTÉ

SITE DE RECONTRES

DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ

JEU PYRABBLE

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers