fbpx

Le télétravail toujours au menu

Télétravail, horaires décalés, réunions à distance… Le confinement a rebattu les cartes de l’organisation du travail telle que nous la connaissions. Et tout le monde semble y trouver son compte mais attention . Selon la chambre de commerce, les gens ne sont plus efficaces s’ils ne travaillent pas au bureau 2-3 jours par semaine. Et nous en subissons les conséquences.

Si le télétravail est devenu la norme durant le confinement, ce dernier, depuis toujours prisé des millenials — cette génération née entre le début des années 80 et la fin des années 90 — n’a pas toujours eu bonne presse. Notamment du côté des « anciens » : d’après une étude menée par Morar Consulting en 2017, si 67 % des millenials préfèrent télétravailler, ils étaient 66 % à craindre que les « Anciens jugent qu’ils ne travaillent pas lorsqu’ils ne sont pas au bureau ». Une crainte alors partagée par « 50 % des Baby-Boomers » — les personnes nées en 1945 et 1965.

Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Le confinement ayant accéléré la démocratisation du travail à domicile, les mentalités ont vraisemblablement changé .

Télétravail, tout le monde y gagne ?
Pour le bien de tous ? Pas certain, il y a du bon, comme une réduction de l’empreinte carbone de l’entreprise ». Mais il faudrait avoir du temps au bureau, 2-3 jours et ces jours ne doivent pas tous être les mêmes, il faudrait faire des horaires de partage de bureaux.  Une chose certaine cela permet  un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle ». Ce dernier leur serait également bénéfique en termes de santé, générant moins de fatigue. Néanmoins, 56 % des managers interrogés affirmaient rencontrer des difficultés à manager des équipes à distance. En cause : « des difficultés de gestion, d’organisation et de communication ».

Et faut bien le dire plusieurs ne travaillent pas vraiment, cela n’est pas facile de savoir si les gens travaillent parfois des gens prennent une semaine pour nous répondre supposément en télé travail, comme nous en disait un , je suis payé pour camper . Curieusement c’est un peu comme la photo, l’ordi est ouvert mais il ne se passe rien, nous en avons des preuves multiples surtout au gouvernement et dans les compagnies d’assurance.

 La culture du travail a changé, et la rentrée qui  arrive ne sera pas la même. Les jeunes ne veulent plus travailler, plus de 20 heures en plus de leurs études, et les adultes veulent aussi du temps de qualité avec leur familles à la maison. Beaucoup de logistique pour les employeurs d’ici la fin de l’année 2022 et même 2023. Un membre de notre famille deux fois retraitée a repris la route 2 jours par semaine pour aider une ville connue des Laurentides. Elle le fait pour rendre service,  aucun avantage fiscal, le gouvernement devrait exempter d’impôt les gens de 65 ans et plus qui continuent de travailler, sinon ils travaillent pour presque rien.          

Mise à jour en août par André Maccabée et co

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

LES GRANDS EXPLORATEURS

SYNER G SUPPLEMENTS

NYLOZAN

DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ

SITE DE RECONTRES

JEU PYRABBLE

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers