fbpx

Les vins du vignoble Côte St Hermas, de Mirabel

Le vignoble Côte St Hermas : Il semble que l’évêque originaire de Grèce, St Hermas qui est mort martyr sous l’empire romain, ait été vigneron selon la dame du vignoble. Le village date de 1834. Le plus jeune vignoble de Mirabel, a eu notre visite en 2017, et notre directeur Claude est repassé en plusieurs fois au vignoble. Leur petite histoire nous dit que c’est le 24 juin 2014 pour célébrer notre fête nationale que  les premiers vins commerciaux étaient prêts  au vignoble.  Leur hébergement unique est en pause pour 2020 , pour en savoir plus :  https://www.citeboomers.com/gite-vignoble-cote-st-hermas/

Un ligne copié de leur site : Issus de nos cépages avec l`aide de notre oenologue français :  M. Sébastien Vicaire (que notre équipe a souvent rencontrés) nous pouvons maintenant vous offrir le fruit de notre labeur soit nos vins.  On en a rapportés plusieurs vins disponibles, le rosé, le blanc , le rouge et le fortifié style porto.  Les vins pour le moment, sont disponibles surtout sur place, le IGA de Lachute , des Métro et des IGA et un resto de fine cuisine des Laurentides en ont quelques bouteilles, il s’agit du Cheval de Jade :  http://www.chevaldejade.com/francais/menu.htm

Voici nos dégustations de 2020 sauf le rouge : LE CÔTE ST-HERMAS 2018  Cuvée Dame Églantine vin blanc. Nous avons eu le 2018 en primeur, il arrivera pendant la belle saison sur le marché. Si je me souviens bien, Dame Églantine c’était la mère de madame la propriétaire. Un assemblage de Frontenac blanc dominant , le reste en St-Pépin, et une touche de Vandal-Cliche, pour ajouter un côté mielleux.On l’a dégusté en comité mixte, un soir de canicule, avec des guédilles de crevettes nordiques.  Toujours, un beau vin de plaisir, un vin qui a pour nous du corps et de la complexité, une bouche vive, charmante, de la vivacité, le fruit blanc domine selon notre comité. Un constat de tous, élégant et rafraîchissant pour bien des mets ou en apéro.En vente sur place, et un jour en épicerie.

LE CÔTE ST HERMAS  2018, rouge est comme le précédent sur notre liste : Assemblage de Frontenac noir, de Marquette, de Sabrevois, et Ste-Croix et une touche de Petite Perle. Il a été dégusté par notre directeur chasseur Claude,  en comité familial avec du gibier, en plus Claude a été un collègue du vigneron dans une autre vie. Il a dégusté le 2013, le plus vieux que le vigneron lui a donné, encore bien fringant, peu de vins d’ici vieillissent aussi bien. Nous en avons discutés  ensemble, en comité. Ce vin a une belle robe rubis, un nez assez complexe, on a du fruits, des épices, de la mélasse, du cuir, la bouche reprend le tout, avec des tannins encore présents. Le seul bémol, le bois était un peu trop présent lors de la première dégustation selon notre directeur. On utilise la technique des copeaux de bois de chêne français pendant une année. Cela n’est pas facile à doser, cette technique est couramment utilisé en Californie,  en France et un peu au Québec  maintenant vu le prix des barriques. Il aurait peut-être fallu le carafer, ou le conserver plus longtemps pour assouplir un peu le boisé. Le tout a été démontré avec succès. La bouteille n’était pas terminé, le vin a été re-dégusté, 48 heures plus tard, le vin avait évolué,  le bois y était beaucoup plus discret. Toutes les saveurs étaient en équilibre.   Un seul prix d’ami pour les vins , 15$ sur place.

Depuis une décennie, au Québec , deux types de vins deviennent populaires, et remportent du succès, les vins mousseux et les vins blancs fortifiés . Nous en avons recensés dans une dizaine de vignobles dans les deux cas. Ce vignoble en a un intéressant:  Le Plaisir des Brazeau .  

Le fortifié PLAISIR DES BRAZEAU , titre 17% d’alcool  : Le nom vient  de la famille de Madame , un rosé  100% Frontenac Gris. Mon cousin Marc l’avait bien aimé sur place, il en avait pris un verre avant de reprendre notre chemin, moi  je conduisais. Je ne déguste aucun alcool ou vin fortifié quand je conduis. Nous l’avons cette fois  dégusté sur l’eau en comité mixte Une robe ambrée dorée. Un vin fortifié, des arômes séducteurs, de magnifiques nuances suaves de raisin qu’on dit de Corinthe, la région légendaire de Grèce, que St-Paul a visité et nous aussi plusieurs fois. Le bouquet se continue avec des notes de fruits confits, caramel, épices douces, sucre fin, nous le trouvons toujours égal au nez comme en bouche,  l’alcool est discret, cela donne un produit réconfortant, chaleureux,  avec une finale longue et riche. Ce vin québecois vaut bien des vins de porto qui coûtent une dizaine de dollars de plus. On a pas terminée la bouteille. On la remet au frigo, pour déguster avec du chocolat, quand on en aura. On avait pris une chance, avec des cretons au canard sur du pain croûté au sésame. Et c’était réussi selon notre comité mixte.  Un de nos chefs en avait dit que cela peut servir, pour plusieurs recettes ou pour faire des cocktails. 20$

Il y aussi une distillerie maintenant dans Mirabel, nous vous en reparlerons.

Collaboration spéciale: Claude Cloutier. Directeur des vins français des Disciples et Lisette Bourdeau.

 

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

LES GRANDS EXPLORATEURS

SYNER G SUPPLEMENTS

NYLOZAN

DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ

SITE DE RECONTRES

JEU PYRABBLE

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers