Pauvreté, Spiritualité et Pratique religieuse - Cité Boomers pauvrete-spiritualite-et-pratique-religieuse

Pauvreté, Spiritualité et Pratique religieuse

 La spiritualité est un lien vers les autres, la nature, l’univers , l’histoire présente et future, le partage nos, inter- actions avec les autres et au divin sous bien des formes. Bruno et moi avons vécu cela un peu aux 5 sens de Piopolis un deux jours qui rejoignait un peu tout cela en novembre . Voici des livres pour débuter ou poursuivre le tout en 2023 . Bruno nous ajoute ses commentaires, les autres sont les miens et ceux des maisons d’éditions.

Le 1er est : Pas pratiquant les Québécois. Des regards sur la pratique religieuse en 2022. Huit hommes et huit femmes nous parlent des changements depuis les années 60. Il faut regarder cela autrement, il y encore un peu partout des expériences significatives, celles des 5 sens et du centre Gethse Marie en sont deux exemples que nous avons vécu récemment. Les deux sont de plus populaires, au centre la messe du dimanche doit être réservé sur le web sinon pas de place. Il faut redéfinir la pratique religieuse autrement que compter les gens présents à la messe du dimanche. Ce collectif nous parle des autres religions et de plein d’activités avec un but spirituel.

Bruno nous en dit: Pas pratiquants les Québécois?  Ayant enseigné l’EMRC et l’ECR une douzaine d’années au secondaire et animé la pastorale 10 ans, il est sûr que ce sujet m’intéresse. Seize personnes engagées tentent de répondre à la question. Qu’est-ce qu’être pratiquant ?  S’agit-il de la pratique sacramentelle ? Ou est-ce un engagement auprès des  laissés pour compte ? Peut-être est-ce les deux ou ni un ni l’autre ? À cela, s’ajoute la dimension de foi. Se peut-il qu’il y ait des non-croyants pratiquants et l’inverse ? À ce questionnement s’ajoute encore la pratique  religieuse, est-elle culturelle, traditionnelle ou bien spirituelle ? Dans cet  ouvrage, chacun des auteurs s’aventure, selon son expérience vécue et ses valeurs si rattachant, à dire qu’est-ce que pratiquer.  Quand j’ai commencé à travailler auprès des adolescents, la grande majorité avait reçu les sacrements. Aujourd’hui, c’était l’inverse. Je crois qu’il faut être authentique avec soi, ses valeurs. Pourquoi demander ou pratiquer des  rituels qui semblent « in-signifiants ». Il faut trouver des façons de célébrer  qui font sens. Ceci dit, la référence que j’utiliserais pour construire ma  réponse est celle que Jésus prononce suite au lavement des pieds : « Ce que  j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi ». (Jn 13, 15) Bonne pratique !

Bruno Duchesne.  On présente le collectif à la fin du livre de 199 pages aux éditions Novalis L    https://fr.novalis.ca/products/pas-pratiquants-les-quebecois

Pour les deux sites :  http://gethse-marie.org/ et https://www.citeboomers.com/un-sejour-dans-la-nature-avec-les-5-sens/

Le 2e est plus théologique si on veut: Pratiques de libérations et théologies des pratiques. Un livre sur les pratiques séculières et religieuses des êtres humains dans notre époque.

Un autre collectif qui rassemble des contributions du congrès de la Société internationale de théologie pratique (SITP) qui s’est tenu en ligne en janvier 2021. Sous le thème «  Pratique de libération et théologie pratiques. Quelles articulations réciproques ? », des théologiennes et des théologiens ont pris la parole et ont déposé sur le papier des expressions lumineuses de ce qu’ils ont entrevu et contemplé du mystère du salut soit dans le travail de la théologie des pratiques elle-même ou au sein de pratiques dans lesquelles sont engagés des hommes, des femmes et des jeunes dans différents ici et maintenant. Ce livre se veut un vibrant témoignage aux différents itinéraires de l’avènement de l’être humain à lui-même, aux autres . Passez voir le site de la maison de distribution. Passez voir tous leurs livres : https://fr.novalis.ca/collections/livres-distribues?page=5

Le 3e est une bio: En sa Présence , un récit de vie d’un écrivain spirituel québécois majeur

Après tant de livres sur les autres et pour les autres, Jacques Gauthier nous raconte son parcours, ou plutôt, car c’est cela qui demeure, le long compagnonnage de Dieu dans sa vie. Au fil des saisons, il passe de l’enfance heureuse à l’adolescence tourmentée, de la vie hippie à la conversion au Christ, de l’Arche en France à la Trappe d’Oka, d’un mariage heureux à la vocation d’auteur, d’animateur au Café chrétien à professeur d’université, d’une thèse sur Patrice de La Tour du Pin à la rencontre avec Thérèse de Lisieux, de prédicateur de retraites à animateur au Jour du Seigneur, de la mort de ses parents à l’écriture de ce livre bouleversant. Pour rendre hommage aux personnes que Dieu a placées sur la route et qui ont su révéler la beauté de son visage, l’auteur nous offre un voyage intérieur, une formidable épopée dans le monde et en Église. Il sait trouver les mots justes qui nourrissent la foi et entraînent à l’espérance. Vous l’avez sans doute vu quelque part. Une vie inspirante qui continue. 344 pages chez Novalis.

Voici le commentaire de notre chroniqueur spirituel: Dans ce livre, l’auteur Jacques Gauthier présente son autobiographie spirituelle. Il est assez rare de voir un théologien et professeur universitaire de parler de sa foi en des mots simples et proche d’une certaine foi  populaire. Tout au long de son ouvrage, il parfume son texte de sa poésie.
Ce que j’ai particulièrement aimé en le lisant, la lecture de sa vie m’a amené à faire ma propre lecture, de mes expériences humaines et de mon  cheminement de foi. À travers la chronologie de son récit, j’ai pu suivre mes propres étapes ; famille, études, travail, vie professionnelle et maintenant  retraité. Je remercie ce témoin qui m’a permis de faire le voyage dans ma  propre histoire en présence du Dieu tout aimant.
Bruno Duchesne

https://fr.novalis.ca/collections/nouveautes/products/en-sa-presence

Le 4e est Les Visages de la Pauvreté.  Le livre parfait pour les deux derniers mois de l’année, des mois de partage et des guignolées. La pandémie , a rendu bien des gens pauvres, certains ont perdus leur travail mais il y aussi l’inflation et les maladies mentales qui ont augmenté. Un ouvrage nécessaire, de l’Évêque  Pierre Goudreault qui expose à quel point le souci des pauvres, dans toute leur diversité, est au cœur du message évangélique. En s’appuyant autant sur la doctrine sociale de l’Église que sur des témoignages, il montre bien que ces personnes que l’on croit complètement démunies méritent toute notre attention et une juste place dans notre société. Et c’est en les côtoyant que l’on réalise qu’elles sont plus riches qu’elles n’y paraissent au premier regard. Nos collègues du Devoir en parlaient en fin de semaine en disant que depuis 2019, l’aide alimentaire a connu une hause de demandes de 39%. Une triste réalité .

Bruno nous en dit:  La pauvreté, ce n’est pas un mot très attirant. Pourtant, je me suis toujours  senti interpelé par elle.
D’abord, l’auteur définit la pauvreté et les types de pauvreté qui se vivent. Quelle est la pauvreté que je peux vivre dans mon quotidien ? Ou encore,  avec quel genre de pauvreté je me sens le moins à l’aise ?  Ensuite, à l’exemple de l’Église, je suis invité au défi de la fraternité (sous-titre). Ce ne sont pas des pauvres que je suis appelé à aider, mais des frères,
des sœurs en humanité. À la suite de Jésus, dans les Évangiles, j’ai la  mission d’aller à la rencontre de ces personnes souffrantes, souvent d’un  regard jugeant leurs limites, leur pauvreté. Mon engagement, auprès de ces  enfants, de ces femmes et de ces hommes doit être « une action concrète  pour la promotion humaine ». (p. 145).  « Cela nous invite alors à passer de l’indifférence à la bienveillance envers  eux. Voilà tout un chemin de conversion et de croissance personnelle ! » (p. 61)

Le tout pour atténuer la pauvreté et aider ceux qui en ont besoin avec une bonne bibliographie pour poursuivre la réflexion 196 pages chez Novalis : https://www.leslibraires.ca/livres/les-visages-de-la-pauvrete-pierre-goudreault-9782898301063.html

Le 5e est Lettres des Apôtres. L’auteur en dit que c’est une rumination spirituelle. L’occasion idéale de méditer les textes aux fondements de l’Église

Dans cet ouvrage, premier d’une trilogie, l’auteur nous en dit que cela  explore les textes de deuxième lecture que nous offre la liturgie dominicale. Tirés des lettres des Apôtres, ces écrits en disent long sur la vie de l’Église primitive et les préoccupations des premiers chrétiens. L’auteur nous offre bien plus qu’un regard sur le passé, mais une véritable actualisation, nourrie par la prière et la réflexion, de ces textes essentiels à notre foi. Il doit savoir de quoi il parle, il est bardé de diplômes comme disait ma mère et archevêque de Gatineau. Paul -André Durocher.266 pages chez Novalis.

Ça commence avec l’Avent !  Passionné de lecture biblique, je viens de lire  « Lettres des Apôtres 1  »,  livre écrit par l’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher. Je l’ai d’abord connu comme conférencier et maintenant comme auteur. Dans son ouvrage, il explore les deuxièmes lectures des différentes fêtes du calendrier liturgique, il les nomme « la convive de trop » p. 5. En trois petites pages, il transcrit, d’abord, ces lettres des apôtres, textes  correspondants au début de l’Église. Et puis, il donne un bref commentaire
pour en comprendre son sens à l’origine et pour nous aujourd’hui.  Avec ce livre, je vais avoir accès à une soixantaine de petites « cases » à  ouvrir, pas seulement durant le temps de l’Avent, mais tout au long de
l’année liturgique A. Bruno Duchesne

Lettres des Apôtres

Collaboration spéciale: Bruno Duchesne  

 

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

Ad

SITE DE RECONTRES

CONCOURS

SPA OVARIUM

HUET SAUVÉ IMMOBILIER

BLURRY STUDIO

NYLOZAN

VÉRO YOGA

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers