fbpx

Souffrez-vous de trouble du déficit d’attention ordinaire ou du désir inconscient d’être interrompu par les technologies ?

En fouillant dans ma bibliothèque, j’ai ressorti un petit livre fort intéressant Le guide des paresseux paru en 2011. L’auteur Lukas Heidn, très avant-gardiste, propose des solutions pour être plus productif et avoir plus de bon temps. Ce qui m’a surtout interpellé c’est le chapitre Souffrez-vous de trouble du déficit d’attention ordinaire de l’adulte ou du désir inconscient d’être interrompu ?

Ce chapitre concerne les nouvelles technologies qui nous bombardent d’informations chamboulant complètement notre système nerveux. J’y ai fait un certain rapprochement avec le sentiment de détresse que vivent plusieurs milliers de gens avec la pandémie.

L’auteur raconte que de nos jours tout est fait pour nous interrompre tout le temps. Qu’on pense aux nombreux courriels reçus dans une journée avec le bruit de la sonnette de l’ordi qui titille notre curiosité d’aller lire le message subito presto. Ou encore d’aller se balader sur Facebook, Instagram ou autres pour voir ce qui s’y passe, question de prendre une pause du travail, leur faire un like ou clavarder afin de rester connecté avec eux….ça rompt la monotonie et brise la solitude !

LE PRIX À PAYER
Selon l’auteur, la plupart des travailleurs intellectuels ont de la difficulté à consacrer 100% de leur attention à une tâche. Il affirme que » tout se passe comme s’ils cherchaient de bonnes excuses pour se laisser distraire. Les nouvelles technologies les ont littéralement drogués aux interruptions, c’est-à-dire  aux très courtes périodes de travail, et ils en redemandent ! »

Le multitâche de la modernité s’associerait selon lui à un trouble de déficit d’attention ordinaire ou syndrome d’attention partielle continue. Cela revient à dire que le fait d’être attentif à plusieurs choses en même temps, rend notre cerveau conditionné à ne plus se concentrer sur une seule chose à la fois pour mener à bien la tâche.

LES EFFETS SECONDAIRES
Cette compulsion à s’interrompre comme, il la surnomme, a des effets insidieux sur le système de neurotransmetteurs tel la dopamine au même titre que celui impliqué dans l’accoutumance aux drogues dures. Wow ! En clair, nous sommes bombardés de plus en plus d’informations, tant internet que la télé etc, elles nous parviennent de plus en plus vite, et fréquemment. Mais plus on reçoit toutes ses infos, plus la valeur de chaque info diminue, ce qui entraîne de contradictions qu’on a de la difficulté à traiter pour les filtrer et se faire des opinions. Avec pour conséquence que ce besoin d’infos augmente pour y voir encore plus clair, tel un drogué qui a besoin d’augmenter sa dose. Rappelez-vous que c’est la dopamine qui gère tout cela et que celle-ci est l’hormone du plaisir immédiat, qui lors d’une action provoque une satisfaction comme le goût d’un aliment sucré, une cigarette ou le plaisir sexuel.

En conclusion, il n’est pas surprenant qu’avec l’accumulation encore plus massive d’infos en temps de pandémie et l’isolement des gens à se ruer davantage vers les médias sociaux et autres moyens de communication, la détresse psychologique soit accentuée. Le cerveau surchauffe et il est tout mélangé. Pauvre de nous, comme aurait dit Sol. Que faire ? Cela fera l’objet d’un autre article.
Par Carole Le May

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

NYLOZAN

EVOLUCIOLE

LES GRANDS EXPLORATEURS

SYNER G SUPPLEMENTS

VÉRO YOGA

SITE DE RECONTRES

DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ

JEU PYRABBLE

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers