fbpx

Voyageries littéraires de Janvier

 Le voyage est encore un peu compliqué en ce début d’année avec le variant Omnicron. Voici des livres qui vous feront voyager dans le monde et dans l’espace-temps. Pas besoin de passeport vaccinal et vous pouvez lire le tout sans modération. Le titre est un hommage au prolifique Victor Lévy Beaulieu qui parle dans sa suite du même titre de voyages  dans l’histoire de tous les genres sans aller loin géographiquement .

Le 1er est les Ponts de Prague.  C’est à la faveur d’une résidence d’écriture en Europe de l’Est que Danielle Dussault conçoit Les ponts de Prague, recueil de nouvelles marqué par la plume d’un maître dans l’art d’exprimer l’étrangeté de la condition humaine : Franz Kafka. Ainsi, les lieux investis par l’écrivain tchèque au fil de ses déambulations apparaissent, disparaissent et réapparaissent dans les nouvelles de ce recueil aux accents oniriques. L’ensemble témoigne surtout de la fragilité des liens entre humains et de leur complexité, d’où le motif récurrent du pont, motif tantôt concret, tantôt résolument métaphorique. Toujours finement ciselée, l’écriture de Danielle Dussault accompagne une narratrice solitaire et rêveuse qui, dans les rues de la capitale tchèque, cherche peut-être à se perdre.  Elle nous décrits les librairies, les cafés, le ponts qui font des liens, les églises , les monastères , elle nous parle aussi de la solitude des écrivains le tout d’une belle plume. 144 pages de Danielle Dussault, chez Lévesque éditeur.   www.leslibraires.ca/livres/les-ponts-de-prague-danielle-dussault

Le 2e : Tant que le café est encore chaud, est une fiction japonaise de retour dans le temps. 

Chez Funiculi Funicula, une chanson italienne connue, prendre un café peut changer le coeur des hommes et un peu votre vie. C’est un petit café de Tokyo , une légende nous en dit qu”en y dégustant un délicieux café,  sur une chaise précise, on peut retourner dans le passé. Mais ce voyage comporte des règles : il ne changera pas le présent et dure tant que le café est encore chaud. Avec un recul dans le temps, est-ce que tout devient possible? Souvent c’est comme nous voyons dans les films, le jour de la Marmotte. On refait les mêmes erreurs.
Une femme amoureuse se demande si elle aurait pu demander à son amoureux de ne pas partir. Un couple se pose des questions, deux soeurs veulent se réconcilier et il y a une mère et sa fille . Tout cela avec la chaleur bienveillante typique des japonais mais aussi avec des pleurs . Finalement c’est le présent , ce jour qui est important, ce jour qui est Carpe Diem en latin  , ici et maintenant. Toshikazu Kawaguchi,  240 pages aux éditions Albin Michel

Le 3e : Inestimable. nous transporte un peu partout, et vient de Pologne. Une Indiana Jones en jupon parcoure plusieurs pays pour retracer une collection perdue. Le tout débute à Varsovie, Zofia a perdu son travail au Musée national et son compagnon Karol est atteint d’une maladie neurodégénérative qui efface ses souvenirs. Tandis qu’il est pris en charge par une clinique située dans les Pyrénées, Zofia est contactée pour retrouver une collection d’artefacts Aïnou. Elle se retrouve impliquée dans une intrigue dont les ramifications internationales la dépassent. Cela passe par la Russie, elle risque sa vie, se fait attaquer par un ours. Rien n’est facile.

Un roman bien contemporain, cela parle de groupes pharmaceutiques, de science, de recherche sur la vie,  qui va l’emporter?  Cela de déroule dans un espace temps sur un siècle et plus, faut bien lire le début des chapitres pour se situer. On ira donc en Europe , Paris, les montagnes et même l’Afrique sont dans ce livre.  C’est un polar historique plein de références littéraires en plus, un de nos auteurs favoris un peu même style Clive Cussler est cité. Cela parle aussi de relations internationales, finalement toute une histoire . L’auteur est le numéro un de son pays avec des millions de livres vendus .

Zygmunt Miloszewski chez Fleuve noir : www.leslibraires.ca/livres/inestimable-zygmunt-miloszewski

Le 4e livre est le dernier de notre collègue dans tous les sens, Jean-Pierre Charland. Les années 70 dans le milieu universitaire, un milieu qu’il connait bien, il y a passé 5 décennies. Voici le 4e de couverture et nos commentaires.

1975. Après une année à tenter d’apprivoiser son nouvel univers, Jacques Charon commence à se sentir plus à l’aise et à se faire remarquer par ses professeurs. C’est en spectateur intéressé qu’il assiste à la lutte que mènent ses amies pour se faire une place sur le campus que les hommes détenteurs de tous les pouvoirs ne veulent pas leur donner. Et les couples se font et se défont, on parle d’échangisme, en 2022, c’est le polyamour. Des étudiantes sortent avec les profs, et cela nous en avons entendu , des filles passaient du temps dans les bureaux, à huis clos si nous pouvons dire. Nous avions un prof  qui avait marié une de ses étudiantes, très consentante. Pour ma part, avec les études et mon travail en sommellerie je n’avais même pas de blonde comme on dit, pas de temps . Je dirais que Pierre Aubut c’est lui mais avec une décennie de plus. Il était prof d’histoire et de méthodologie à l’Université de Montréal mais il a sans doute passé du temps à l’université Laval. Nous nous connaissons bien , nous avons le même cursus,  il a été le prof de plusieurs de mes anciens collègues. Beaucoup de références télé, musique et il nous donne des références littéraires à la fin. Depuis sa retraite, il nous livre 2-3 livres par année et si la tendance se maintient, il atteindra le million de livres vendus sous peu.

353 pages chez Québec-Amérique : www.leslibraires.ca/livres/generation-1970-t-2-swinging-seventies-jean-pierre-charland

Le 5e livre est notre grand coup de coeur du mois. Le palais des mille vents. Un amalgame de Michel Strogoff et du comte de Monte-Cristo. 

Exotisme, bravoure, amour, loyauté, famille, histoire, tout y est nous adorons. Lahore, 1838.(La ville existe encore au Pakistan).  Morgan Preston, d’origine irlandaise et hindoue, vit sous le joug de son père, un mercenaire aussi cruel qu’ivrogne. Sa seule échappatoire : ses deux amies. Chali est une chasseuse nomade, et Maura, une Irlandaise venue avec sa mère rejoindre son géniteur, le colonel Edward Fleming, redoutable chef de la police. Un drame le fera fuir dans l’Himalaya hostile, il est en danger de mort , mais il a rencontré une jeune fille. Et pas n’importe laquelle. Une décennie plus tard, nous le retrouvons, il a changé de nom et il est devenu célèbre avec des moyens . De sa belle plume, l’autrice nous fait retrouver tout ce monde bien hiérarchisé , rang et héritage sont très très très important dans tout. Aucune liberté , on les marie à 12=13 pour les femmes. L’autrice a vécue dans ces régions et cela se sent et se lit. Une immersion historique et culturelle dans le temps et dans des vies pas faciles, la géographie et la météo sont parfois meurtriers. Une de nos collaboratrices a fait la Mongolie intérieure et elle héritera du livre. Grands espaces et voyages lointains comme elle nous dit. C’est presque comme en 2022, la lutte des pouvoirs entre la Russie et d’autres pays sur la route de la soie et du reste. En chameaux et avec des chevaux particuliers. Un grand voyage sans turbulences.

Kate McAlistair, 460 pages aux éditions de l’Archipel.

Le tome 2 suivra sans doute, on attendra avec impatience : www.leslibraires.ca/livres/le-palais-des-mille-vents-t-kate-mcalistair

Collaboration spéciale :  Amélie Lacroix- Maccabée

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

NYLOZAN

EVOLUCIOLE

LES GRANDS EXPLORATEURS

SYNER G SUPPLEMENTS

VÉRO YOGA

SITE DE RECONTRES

DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ

JEU PYRABBLE

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers