L, espoir d'une vie meilleure en 2024

L’espoir d’une vie meilleure en 2024

 Notre équipe qui voyage partout dans le monde se fait toujours poser des questions quand les gens savent que nous venons du Québec. Tous veulent venir vivre ici dans l’espoir d’une vie meilleure . Ce printemps 2 émissions nous en parlent , d’espoir, une c’est ici malgré une maladie.

Il y aura la 2e saison d’Immigrants de souche . Cela nous montre des immigrants depuis 3 décennies.  En 2023, un film nous montrait que les premières années ne sont jamais faciles, c’est Essentiels . Dans Immigrants , Raed Hammoud sillonne de nouveau le Québec pour aller à la rencontre d’immigrants qui ont fait le choix de s’établir en région. Ces individus remarquables nous racontent leur histoire et comment ils contribuent à enrichir leur coin de pays.

Cela nous  fait découvrir des néo-québécois si on veut qui apportent du neuf à leur nouveau coin de pays. La première saison est  en ligne sur TV5Unis.-.Pour voir la bande annonce, et regarder le tout en différé: https://www.tv5unis.ca/immigrants-de-souche/saisons/1

La saison 2 débute en avril , passez voir leur site.

Essentiels le film 

 Picbois Productions et Télé-Québec présentent Essentiels réalisé par Ky Vy Le Duc (Décoloniser l’histoire), une enquête documentaire rigoureuse et percutante menée par Sonia Djelidi (Briser le code) et la journaliste Sarah Champagne sur un des sujets les plus brûlants de l’actualité :  l’immigration au Québec. Essentiels  est sur Télé-Québec  et en balado  balado.telequebec.tv.

Pendant qu’on débat des cibles d’immigration permanente, les travailleurs temporaires étrangers et les demandeurs d’asile, qui occupent des emplois précaires, peinent à obtenir le droit de s’installer au Québec pour de bon. En racontant leur réalité, Essentiels révèle leur vulnérabilité tout en exposant notre dépendance à leurs services. Ces personnes nous nourrissent et prennent soin de nous à moindre coût et dans des conditions difficiles. Ce film coup de poing nous fait réaliser que plusieurs pans de notre société fonctionnent grâce à une main-d’œuvre immigrante qui accepte de vivre dans la précarité en espérant que leurs sacrifices permettront d’offrir une vie meilleure à leurs proches. Sommes-nous conscients que notre confort repose sur le labeur de ces humains qui nous servent?

Pour découvrir la bande-annonce, cliquez ici.-Documentaire. Québec. 2023. 52 minutes. Version française.

Animation et recherche : Sonia Djelidi, Sarah Champagne

Air d’aller 

Dès ce soir, mardi 19 mars à 21 h, Télé-Québec présente la deuxième saison de L’air d’aller. Réconciliation, mariage et histoire d’amour sont au cœur des intrigues qui attendent les personnages de Cindy, Gabriel et Jimmy, tous atteints de fibrose kystique.

Un an après le décès de leur amie Katrine, on retrouve les trois amis à l’aube d’une année de transition et d’apprentissage. Alors que la mort planait au-dessus de leurs têtes dans le premier chapitre, ce deuxième volet offre au trio l’espoir de vivre une vie prolongée maintenant qu’un médicament traitant la fibrose kystique est légalisé au Canada. Ils se mettent à rêver à une vie sans la maladie, ce qui leur semblait jusque-là pratiquement inatteignable. Ne pouvant plus simplement vivre au gré du vent et de leurs envies, ils tenteront de trouver leur chemin respectif et de se projeter dans l’avenir. Une fois de plus, leur amitié sans limites leur donnera la force et la résilience nécessaires pour traverser les épreuves qui se dresseront devant eux. L’air d’aller continue de surprendre grâce au talent des interprètes de son impressionnante distribution*, à la qualité des textes signés par Jean-Christophe Réhel et à une réalisation singulière de Sarah Pellerin. Grâce à des pièces musicales tirées des répertoires d’artistes tels que Jean-Pierre Ferland, Diane Dufresne, Richard Desjardins, Robert Robert et Shades of Dusk, l’éclectique trame sonore agrémente à nouveau de façon habile les parcours des personnages.

Une immigrante prof de Marie-Victorin met sur pied un programme d’aide 

Tous les médias en parlaient, Alisha Wissanji est prof à Marie Victorin, un collège que nous avons fréquenté Amélie et moi. Depuis qu’elle a 8 ans , elle aide, d’abord des réfugiés, et au collège Marie Victorin, elle a mis en place un programme de mentorat pour aider les jeunes du primaire avec des bénévoles de son collège. 1000  élèves en font partie maintenant et plusieurs collèges, c’est sa photo .

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

Ad

SITE DE RECONTRES

NYLOZAN

EXPO MANGER SANTÉ

SYNER G SUPPLEMENTS

VÉRO YOGA

CHATGPT OpenAI

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers