Nos récidivistes du crime et du reste - Cité Boomersdes grands-recidivistes- dIci et d'ailleurs

Nos récidivistes du crime et du reste

Le crime pour certains de nos auteurs et autrices est parfois payant. Dans le monde, plusieurs sont millionnaires depuis longtemps. Disons que le mot récidiviste vient d’un passé criminel, nos auteurs et autrices n’en ont pas fait , élémentaire. Mais cela peut parfois être payant en crime comme disait un ami. Au Québec c’est plus rare, nos deux premiers en vivent plus que  bien, ils sont dans le top 10 des revenus du livre du Québec. Deux québécois qui dépassent le million de livres vendus faut le faire. Et trois autres livres sont dans la chronique, des choix pour les cadeaux. Nos comités lisent beaucoup avec l’arrivée du salon de Montréal, nous recevons plusieurs livres par jour.   

Le 1er est Points de Fuite de Martin Michaud 

Thriller psychologique choral, points de fuite 1 est le premier opus d’un triptyque explorant l’univers de l’art et des faux tableaux. Il délaisse Victor Lessard qui passe justement en reprises sur nos petits écrans pour nous faire découvrir une femme, qui sera au coeur de sa nouvelle série. Cela se déroule dans la belle région de Charlevoix, en 1990, autour du monde de l’art et des faussaires, il nous rappelle même le fameux  « vol du siècle » historique survenu au Musée des beaux-arts de Montréal en 1972.

Deux familles sont en conflits, et une est celle de la policière,  les Lavoie et les Lazarre, ont des passés communs puis différents, c’est plein de mystères non -résolus avec l’art et les antiquités au centre de tout un trafic lucratif. Une jeune fille disparait un policier es tué et tout déboule. Bien des gens cherchent un fameux tableau. Du grand Martin Michaud qui sera sans doute un j0ur sur nos écrans. Une trilogie à suivre, sans doute un par année.

Chez Libre Expression.https://www.leslibraires.ca/livres/points-de-fuite-t-1-martin-michaud-9782764815984.html

Le premier jour de l’été 1912, c’est le branle-bas général dans la demeure des Dolan. Grâce à la générosité de son frère Kenneth, Éléonore pourra passer tout l’été à Métis-sur-Mer en compagnie de sa fille, Isobel, à profiter & de l’air marin. Dolan, de son côté, les rejoindra les fins de semaine. Mais dans ce cadre idyllique, les passions couvent toutefois sous la cendre. On revit les voyages en train et les vacances de la haute société dans cette région pour l’époque. Les riches donnent des réceptions, on joue au tennis et se promène sur l’eau.  Certaines femmes ont la cuisse légère si nous pouvons dire et ce qui se passe à Métis sur mer, doit rester à Métis sur mer.

ll y avait plusieurs classes en train, finalement il y aura un meurtre, et Dolan est chargé de l’enquête qui se déroulera cette fois entre Québec et la région de Métis sur mer. Un plan machiavélique est à l’origine du meurtre. Mais tout ne finira pas comme pensait l’instigatrice du plan . Dolan a vite fait de dénouer le tout, mais il lui faut des preuves.  C’est le 50e avec la maison Hurtubise mais il en avait ailleurs, des livres surtout historiques.

Jean-Pïerre Charland, Amélie en a pour vous : https://www.leslibraires.ca/livres/l-oeuvre-de-chair-ne-desireras-jean-pierre-charland-9782897819736.html

Le 3e: Son nom sur la liste est d’un des 10 grands du pays voisin. John Grisham 

Que dire sur lui, sinon de résumer un peu le 4e et quelques commentaires. Éreintée par son travail pour le Bureau de l’Inspection Judiciaire, Lacy Stoltz s’apprête à changer de voie lorsqu’elle rencontre une femme mystérieuse. Jeri Crosby se présente sous un faux nom depuis l’assassinat de son père vingt ans plus tôt. L’affaire, jamais élucidée, est désormais classée. Elle pense connaître l’identité du meurtrier, qu’elle traque depuis deux décennies.
Jeri n’a cependant aucune preuve tangible. Le tueur a toujours une longueur d’avance sur la police et n’en est pas, selon elle, à une seule victime. Il connaît l’expertise médico-légale, les pro-cédures de police, la loi. Et pour cause, il est juge en Floride – dans la juridiction de Lacy.
Lacy peut-elle mener l’enquête sans que son nom s’ajoute à la liste ? Le roi dans son genre nous fait encore lire plus tard que prévu, lu en deux jours de ma part, nous adorons l’auteur depuis des décennies. Un juge serait un tueur en série avec un procédé assez atypique, est-ce vraiment lui le tueur? Nous n’en dirons pas plus, il faut lire ce dernier vite.

John Grisham, aux éditions JC Lattès. Nous vous donnons le lien pour tous ces livres : https://www.leslibraires.ca/auteur/john-grisham-927

Le 4e : Les enfants de novembre 1984 est une histoire frustrante nous dit une collaboratrice du comité de lecture, j’en pense autant.

En novembre 1984, à Montréal, trois enfants sont enlevés le même jour : Maurice Viens, quatre ans, Sébastien Métivier, huit ans, et Wilton Lubin, douze ans. Puis, quelques mois après, Denis Roux-Bergevin, cinq ans, disparaît. La province est sous le choc. Des années plus tard, le cinéaste d’enquête Stéphan Parent, qui avait quatorze ans au moment des faits, se donne pour mission de découvrir la vérité sur ces affaires. Au fil de ce témoignage touchant et fascinant, l’auteur évoque sa rencontre avec l’inexplicable, lui qui habitait le même quartier que l’un des disparus, ainsi que les motivations à l’origine de sa démarche. En dressant le portrait des victimes et des crimes commis, il se retrouve bientôt à revisiter les enquêtes de l’époque et à creuser de nouvelles pistes. Et il y a bien plus de 3 victimes dans l’histoire, sans doute un grand tueur en série, Un ancien ministre va l’aider.  Finalement aucune accusation n’a encore été portée, et ce, près de quarante ans après les événements. Disons que c’est pour le moins de l’incompétence quelque part? L’auteur avait même un diplôme de détective plus jeune. Pourtant des policiers connus étaient sur laffaire comme on dit. Animé par sa soif de justice, Stéphan Parent fouille des montagnes d’archives et de rapports de police à la recherche du plus infime indice, et interroge de nombreux intervenants liés aux dossiers. Il cède aussi la parole aux familles des victimes et à certains témoins restés dans l’ombre. Son travail d’enquête titanesque est révélé entre ces pages. Il y a aussi des documents visuels sur le sujet. C’est un peu comme dans les médias cette semaine, on aurait sans doute pu sauver des enfants tout comme les deux soeurs des médias de la semaine. Comme il nous dit nous devons tous faire un examen de conscience, quelqu’un quelque part doit savoir qui est coupable.

278 pages aux éditions JCL”. Les libraires en ont sinon sur ce site: https://www.editionsjcl.com/boutique/les-enfants-de-novembre-1984/

Ces livres seront sans doute des cadeaux sous le sapin à coup sûr.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

Ad

SITE DE RECONTRES

CONCOURS

HUET SAUVÉ IMMOBILIER

BLURRY STUDIO

NYLOZAN

VÉRO YOGA

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers