L'AGES et la FMSQ s'unissent pour soutenir les aidants | Cite Boomers

De l’aide pour les proches aidants

proche-aidant

Nous sommes tous des proches aidants. Pour nous aider, il y a la Fondation de la Fédération des médecins spécialistes du Québec qui s’associe à la Fondation AGES et l’Antr’Aidant partout pour vous. 

Actuellement, 25 % des proches aidants ont plus de 65 ans et près des deux tiers d’entre eux s’occupent principalement d’un aîné, une statistique en voie de doubler d’ici 2030. En 2023 , la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) soutenait la Fondation AGES en versant 25 000 $ pour mieux appuyer les personnes âgées à vivre sereinement le vieillissement en soutenant la formation destinée à celles et ceux qui participent sans relâche à leur bien-être, les proches aidants. Concrètement, cet appui permettra la création, l’adaptation et la vulgarisation d’outils et de formations offerts par la Fondation AGES aux proches aidants, aux sentinelles sur le terrain, ainsi qu’au grand public.

Et partout dans plusieurs régions, l’organisme communautaire en proche aidance vous aide avec de l’accompagnement, des formations, du coaching et un peu de tout pendant et même après.

L’ENJEU MAJEUR

Le proche aidant est présent et disponible pour la personne aidée, or il doit tout autant se concentrer sur son propre bien-être afin d’éviter des problèmes de santé. En prenant en considération la santé et le bien-être des proches aidants dans sa démarche, la Fondation AGES favorise leur maintien en santé, ce qui profite à tous. »

Il y a dix ans, la Fondation AGES a fait le pari de sortir la gériatrie des hôpitaux en établissant un trait d’union entre les services communautaires et le réseau de la santé. Pour ce faire, elle mobilise des intervenants de proximité – préposés, coiffeurs, membres de la famille, etc. –, ainsi qu’une équipe d’intervenants de la communauté et du réseau de la santé. L’approche préconisée par la Fondation AGES facilite le repérage d’un signe ou d’un risque de vieillissement accéléré chez la personne âgée ou son proche aidant. Lorsque requis, l’équipe peut agir directement ou rediriger vers les ressources appropriées. Cette approche permet d’avoir une compréhension globale des enjeux et des déterminants sociaux de la santé des aînés et de leurs proches aidants, qu’il s’agisse de leur condition socioéconomique, de la solitude ou de la qualité de leur environnement.

« La gériatrie sociale applique la même approche biopsychosociale de la santé que la gériatrie à l’hôpital, mais, en intervenant dans la communauté, cette approche s’en trouve élargie, parce que le modèle développé agit sur l’ensemble des déterminants de la santé directement liés à l’état de la personne. Ça nous permet de proposer des solutions adaptées à la réalité de la personne et ses besoins spécifiques », mentionne le Dr Stéphane Lemire, gériatre et fondateur de la Fondation AGES.« Le vieillissement de la population engendre une pression énorme sur les soins offerts aux personnes âgées. La démarche de Dr Stéphane Lemire en gériatrie sociale permet de partager le savoir en matière de prévention, de diagnostic et de traitements chez les personnes âgées, au-delà de l’hôpital ce qui par conséquent, favorise la prise en charge et le maintien en santé d’un plus grand nombre d’entre eux », souligne le Dr Jacques Morin, président de l’Association des médecins gériatres du Québec.

Une des forces de cette démarche est qu’elle utilise, adapte et vulgarise des outils cliniques permettant de porter un regard et noter des observations aide proche aidantet des faits sur la santé globale et sur les déterminants de la santé de la personne âgée, dont les Signes AINÉES utilisés dans l’Approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier (MSSS, 2011). Cet outil s’est avéré utile dans la communauté d’abord comme aide-mémoire pour observer des changements et ensuite pour établir un langage commun entre les divers intervenants pouvant être en soutien à l’aîné. La Fondation AGES a adapté l’outil en créant AINÉES AD-PLUS pour permettre une utilisation en communauté, afin de repérer l’ensemble des éléments pouvant indiquer des risques pour la personne âgée à domicile et qui prend en considération, notamment, le bien-être des proches aidants. Le « P » de « PLUS » signifiant « Proches aidants », permet ainsi d’observer les conditions globales de l’aîné et de son proche aidant.

Ateliers ce printemps sur l’après

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

Ad

SITE DE RECONTRES

CONCOURS

SPA OVARIUM

HUET SAUVÉ IMMOBILIER

BLURRY STUDIO

NYLOZAN

VÉRO YOGA

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers