la-viticulture-au-quebec-depuis-165-ans

La viticulture au Québec depuis 165 ans

C’est un comte d’origine française Justin de Courtenay qui en 1859, demande de l’aide du gouvernement pour introduire la culture de la vigne au Québec . Cette démarche est probablement fondée sur le fait que l’on trouvait au XIXe siècle sur le marché de nombreux hybrides résistants au froid venant principalement des États-Unis.

Il n’aura rien et passera dans la province voisine . Bien entendu il y a eu des tentatives bien avant avec Louis Hébert et d’autres. Nous venons de recevoir une revue professionnelle qui fait le bilan de l’alcool sous toutes ses formes en 2024 dans notre belle province. Finalement cela repartira pour de bon autour des année 1980, deux des cinq vignobles de cette époque sont encore présents, soit le Domaine des Côtes d’Ardoise (depuis 1980) et L’Orpailleur (depuis 1982).

Les deux photos nous montrent un vignoble de la région ouest de Montréal vers 1879. Les deux photos proviennent d’un lien de l’université de Sherbrooke, que vous pouvez lire au complet :  https://mhist.org/actualites/les-debuts-de-la-viticulture-au-quebec-plus-dun-siecle-de-tatonnement-1850-1985/

Le site du gouvernement québécois 

Le gouvernement nous a fait un portrait de la culture du raisin pour le vin et le reste pendant la pandémie. Voici quelques chiffres pour le reste, passez lire le dossier: Le nombre de producteurs était en 2021, de 363 sur 874 hectares avec des recettes de 8,5 millions $. La Montérégie selon leur étude domine, mais leurs chiffres sur l’Estrie selon nous ne sont pas précis. La plupart des vignobles du Québec comptent moins de cinq hectares, mais quelques-uns font plus de dix hectares. https://www.quebec.ca/agriculture-environnement-et-ressources-naturelles/agriculture/industrie-agricole-au-quebec/productions-agricoles/culture-raisin-viticulture.

2024

Un dossier de plusieurs pages dans Reflet avec des textes d’un pionnier Charles Henri, de notre collègue Karyne Duplessis -Piché . Nous aurions peu leur en écrire des pages. Je résume la dizaine de pages, les chiffres d’abord. Jacques Ouimet un ancien fonctionnaire fait le bilan et la présentation. C’est Rodrigue Biron qui permettra le tout en 1982 avec les cinq vignobles du départ. Selon lui plus de 1,000 entreprises ont un permis de production de boissons alcooliques au Québec , cela se répartit ainsi, 330 microbrasseries, inutile de dire que plusieurs ne finiront pas l’année, 160 vignobles , 100 cidreries et 60 distilleries cela en fait des choix en alcool.

Charles Henri nous parle des 3,1 millions de bouteilles de 2023 qui n’était pas une bonne année en plus, mais que cela ne fait que 1% de la consommation du vin ici. Karyne nous fait rire un peu en disant que le pimbina ferait un vin de fruit imbuvable, faut dire que cela fait un peu canneberge, et ne fait pas l’unanimité .

Le millésime 2023 arrive un peu partout, nous en reparlerons sans doute en avril. Plusieurs vignobles nous ont dit vouloir nous faire parvenir des vins.

Joyeuses célébrations avec des alcools et des vins d’ici si possible pour les réunions pascales.

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

Ad

SITE DE RECONTRES

NYLOZAN

EXPO MANGER SANTÉ

SYNER G SUPPLEMENTS

VÉRO YOGA

CHATGPT OpenAI

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers